Où écouter de la fiction sonore ?

La fiction, on va en parler toute l’année, en ligne ou dans nos Carnets, et de rendez-vous en festival. Mais d’abord, syntonisons-nous un peu : où Syntone va-t’elle dénicher ce qu’elle écoute ? Voici un petit tour d’horizon des repaires d’écoute, sur la FM ou sur le web francophones (on ne pourra pas citer cependant la myriade de sites personnels d’auteur·e·s). Pour l’occasion, lectrices-auditrices, lecteurs-auditeurs, prêtez-nous vos oreilles et faites-nous part de vos propres découvertes !

Dans les radios associatives

La Megacombi de Radio Canut (Lyon), au cours de son heure hebdomadaire, fabrique et diffuse fausses publicités, parodies, courtes fictions et même, spécificité de l’équipe, des feuilletons entiers comme « Les Darons » ou « La salle des personnels ».

Gymnastique sonore sur Canal B (Rennes) est une émission de création radiophonique en général, mais passe, fait rare dans les programmes de ce type, très régulièrement des fictions. Dans une semaine entière consacrée à ce genre en décembre 2014, des créations des étudiants du master image et son de Brest étaient par exemple diffusées.

En 2008, Radio Grenouille (Marseille) avait donné naissance aux Nuits de la phaune, qui elles-mêmes ont engendré en 2013 la webradio presqu’éponyme (voir plus bas) : on y trouvera de savants mélanges d’imaginaire et de science. Radio Grenouille s’essaie régulièrement à la fiction. Autre mine batracienne où fouiller : les Promenades sonores écoutables in situ ou dans un fauteuil, dont plusieurs dérivent vers le rêve.

Sur Radio Panik, on pourra entendre les fictions radiophoniques par et/ou pour les enfants réalisées par le collectif WOW !

Plusieurs antennes libres maintiennent la tradition de l’oralité en consacrant des émissions à l’art du conte. Sur Radio St Affrique on trouvera des contes pour enfants dans l’émission En fin de conte ou pour adultes à travers les créations de Jean Villain. Sur Radio Bartas (Florac), un format bref, Au pays d’il était une fois. Quant à Jet FM (St Herblain), on y découvre une émission qui raconte les contes : C’est pas pour dire, qui se définit comme « une enquête au pays des conteurs ».

Sur les antennes publiques

Sur France Culture, on trouvera quatre grandes catégories. Côté feuilletons brefs, souvent humoristiques, on ira écouter La vie moderne, avec quelques pépites venues du passé. Les amatrices et amateurs de polars et de SF pourront se caler les oreilles dans Samedi noir. Pour l’écriture contemporaine, direction L’Atelier fictions. Et pour une plongée dans le patrimoine littéraire, ce sera Fictions / Théâtre et Cie – le patrimoine étant parfois ce qu’il y a de plus décoiffant. Pour poursuivre dans l’histoire, des classiques du temps de la RTF sont discrètement mis en ligne à un rythme irrégulier. Hors des émissions officiellement dédiées à la fiction, on entendra à l’occasion des histoires dans L’Atelier de la création et des docus-fictions dans Sur les docks. Et pour les boulimiques, France Culture a mis en ligne un portail qui réunit toutes ses productions dans le genre.

Sur France Inter, on a pu jouer avec le genre, comme dans la regrettée À votre écoute coûte que coûte, parodie d’émission de conseil médical au public, ou dans certaines créations de Collin et Mauduit lorsqu’ils étaient en matinale. Les ambiances sombres sont aujourd’hui représentées par Nuits noires et deux émissions piliers de l’antenne perpétuent une narration qui s’approche de la fiction sans en être : Sur les épaules de Darwin, autour de la science, et Rendez-vous avec X, autour de grandes histoires d’espionnage.

Sur l’antenne de la RTBF, on trouvera quelques fictions le lundi, en alternance avec des documentaires, dans l’émission de création radiophonique Par Ouï-dire.

Uniquement sur Internet

À mi-chemin entre les ondes publiques et le web, le « musée sonore en ligne » sonosphere publie les créations récompensées dans le concours Phonurgia Nova, ainsi que des productions de la radio publique allemande Deutschlandradio Kultur ou de la chaire « Radio Expérimentale » de la Bauhaus-Universität Weimar – on y glanera fictions, documentaires et autres hörspiels.

Les sites pionniers de la création sonore sur le web proposent naturellement des fictions : on pourra écumer les archives de Silence radio, les moyens et longs formats belges soutenus par l’Acsr de Bruxelles, ou les créations de la rubrique « fictions » d’Arte Radio, qui continue à publier régulièrement des formats courts en feuilleton, à l’instar du multi-primé  « Comme un pied ». Quant à l’Ousopo, il offre une catégorie DocuficSon et une autre Documenteur.

Parmi les webradios plus jeunes, Le Frigo favorise les pièces courtes. Phaune Radio explore les dystopies à travers des mises en ondes réalisées pour des occasions spécifiques comme le festival Sons d’encre ou la collaboration avec Alain Damasio dans « Fragments hackés d’un futur qui résiste ».

Si vous ne connaissez pas encore les sagas mp3, le site Netophonix vous en offre une liste régulièrement mise à jour et propose, pour celles et ceux que l’abondance effrayerait, une sélection pour découvrir cet univers prolifique. On citera, dans cette galaxie, le site d’Audiodramax, qui publie des fictions noires (polar, SF, fantastique) produites par quatre auteurs.

À vos commentaires pour nous suggérer des écoutes !

10 Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *