À propos

Fondée en décembre 2008, Syntone est une web revue qui se consacre à l’art de la radio, c’est-à-dire à la création radiophonique, à la création sonore, mais aussi à la radio en tant que moyen d’expression, sa technologie, ses usages, son devenir, ainsi qu’aux autres arts et plus généralement à tous les aspects de la vie passés au filtre de notre radiobsession.

Depuis 2015, Syntone édite également une revue imprimée trimestrielle, la revue de l’Écoute (les Carnets de Syntone).

Si vous souhaitez être chroniqué·e, nous envoyer de l’info, ou encore écrire sur un sujet, prenez contact avec nous. N’hésitez pas à utiliser les commentaires pour apporter votre propre point de vue. Vous pouvez vous abonner au fil RSS ou nous suivre sur Twitter, Facebook, Vimeo, Soundcloud, Seenthis et Mastodon.

Syntone est portée par l’association Beau bruit et est financée par ses lecteurs/lectrices (dons, abonnements), par la Scam et le Département des Pyrénées Orientales.

LogoScamNoir_developpe2

cpnoir


Depuis 2015 environ, Syntone emploie une orthographe et une syntaxe où les femmes sont de nouveau visibles et audibles.

De nouveau, parce que la langue française a utilisé les mots « autrice » ou « inventrice » dès le XVe siècle au moins, a fait usage de participes présents ou passés au féminin au minimum depuis le XVIe siècle (« une femme demeurante dans cette rue », « elle a inscrite la phrase »), a employé des pronoms féminins jusqu’au XVIIIe siècle (« il est malade, je la suis aussi »), a accordé jusqu’au XIXe siècle les adjectifs selon la règle de proximité (« des fauteuils et des chaises vertes ») et non de l’éternel masculin.

Ce n’est qu’à compter du XVIIe siècle que la langue française a été systématiquement masculinisée, après que certains hommes aient décrété que leur genre était « plus noble ». Leur campagne est notamment documentée par Éliane Viennot dans Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de la langue française (éditions iXe, 2014). Pour qui préfère l’entendre, la radio associative Plum’FM a diffusé l’une de ses conférences sur le sujet : elle peut être écoutée ici. D’autres réflexions sont par exemple disponibles sur le blog d’AC Husson.

À l’heure où l’égalité des sexes est partout revendiquée (à défaut d’être acquise), c’est donc un effort de dé-masculinisation de la langue que nous, parmi d’autres, avons choisi de mener. Nous tentons de le faire sans alourdir les formulations, avec euphonie. Notamment :

  • au singulier, en employant la forme féminine dès lors qu’une femme est concernée : « autrice » (ou « auteure », plus courant quoique n’ayant pas de précédent historique), « professeure », « vainqueuse » ;
  • au pluriel, en employant des noms épicènes (c’est-à-dire où le sexe n’est pas marqué : « le public », « les personnes ») ; en prenant le temps de dérouler les genres (« les auditeurs et auditrices », « elles et ils ») ; en employant des abréviations (« actrices/teurs ») ; en faisant apparaître aussi bien le féminin que le masculin dans les adjectifs (les usages varient selon les plumes : « déterminé·es », « déterminé·e·s », « déterminé-e-s ») ;
  • en respectant la règle d’accord de proximité (toutes les fois où nous arrivons à nous défaire de nos vieux réflexes) ;
  • plus généralement, en étant attentifs et attentives aux nouveaux usages, aux réflexions autour de la langue, et peut-être même parfois en innovant.

… Et comment ! Syntone ne pourra maintenir sa qualité que grâce à de nombreux apports. Nous sommes à la recherche de personnes possédant à la fois une bonne écoute et une bonne plume, tout du moins suffisamment d’envie, et pas forcément d’expérience préalable dans le domaine. Contactez-nous !

… Avec plaisir ! Vous l’avez remarqué, Syntone est entièrement gratuite. Et nous voulons qu’elle le reste. Mais derrière tout cela, il y a une économie : un pari que nous avons fait en 2014, qui nous permet, petit à petit, de rémunérer au plus juste le travail de toute l’équipe. En nous soutenant, vous démontrez que notre travail a de la valeur et vous contribuez à convaincre des partenaires financiers de nous aider à leur tour.

Deux façons de nous soutenir :

Syntone est mis à votre disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale 3.0 France. Autrement dit, vous êtes libre d’utiliser tout ou partie du contenu à deux conditions :

  1. citer la source, c’est-à-dire Syntone (www.syntone.fr) et le nom de l’auteur·e de l’article lorsqu’il est mentionné
  2. le faire dans un cadre non-commercial

Si vous publiez sur internet, un lien vers l’article d’origine ou vers www.syntone.fr sera fort apprécié :-)

Creative Commons License

Ça se passe par ici !