Brasero, un feu de joie radiophonique

Par

« Brasero », comme un cut-up de « brassage radio » et une évocation du « brasier qui consumera le vieux monde », une expérimentation qui brûle, craque et grésille chaque lundi de 19h à 20h sur les ondes du 92.2 MHz à Toulouse.

Pour les petites fonceuses et les mini voyageurs

Par

« Tout a commencé lorsque nous avons constaté l’immense popularité de la littérature sonore chez les petits Allemands. » Ainsi débute le manifeste de Trois Petits Points, « maison de littérature sonore pour la jeunesse » fondée en 2015 par des Français·es vivant à Berlin et Toulouse, Marion Bossuat, Sandrine Moreira et Jonathan Cohen.

Pour les têtards et les minus

Pour les têtards et les minus

Par

Qui a dit que la radio ne faisait plus grand-chose pour les enfants ? C’était Syntone, en décembre 2015, à l’occasion d’un dossier sur les fictions jeunesse. Pour ne pas rester sur ce constat, nous inaugurons une nouvelle rubrique pour les petites oreilles, visant à relayer quelques créations (radio, webradio, livres-CD, CD…) ayant le bon goût de nous démentir.

Au cœur du bouillonnement podcastique

Par

Trois petits mois après vous avoir proposé une première cartographie d’espaces de création et de diffusion sur le web, Syntone y apporte une belle mise à jour. Plusieurs outils de veille ou de sélection ont en effet émergé depuis.

Quand la radio trompe l’oreille : petite histoire des faux-semblants radiophoniques. Épisode 8 : le faux-semblant entre institutionnalisation et philosophie (années 2000–2010)

Par

Huitième et dernier épisode : la grande vague de docufictions du début du 21ème siècle institue de nouveaux codes narratifs et voit l’émergence d’une veine particulièrement fertile, où le travail de création sonore se fait philosophique.

Nouveaux voyages sonores dans le passé

Par

En 2016, sous le titre « Entendre le passé », nous tentions une synthèse de diverses tentatives, documentaires ou fictionnelles, scientifiques ou artistiques, de retrouver comment sonnaient les époques lointaines. Mais le passé ne cessant jamais de croître, voici deux mises à jour de notre article.

Quand la radio trompe l’oreille : petite histoire des faux-semblants radiophoniques. Quatrième épisode : les reconstitutions et « L’attentat en direct » (années 1960).

Par

Les trois premiers épisodes étaient pleins d’exclamations horrifiées et de rires tonitruants. Dans ce quatrième épisode, un certain calme trompeur : le faux-semblant opère une mutation. Pour en rendre compte, nous revenons sur le genre des reconstitutions historiques, puis nous évoquons une pièce de 1969, « L’attentat en direct » de Claude Ollier.