Il était une fois le podcast. 3 : Des cabanes aux immeubles

Par

Voici venue la tâche à peu près impossible de poursuivre le panorama de la production là où on l’avait arrêtée, c’est-à-dire au tout début des années 2000. Une première vague, de 2002 à 2006, marqua l’institution progressive du podcast dans le paysage médiatique francophone. Une deuxième vague, de 2007 à 2015, se caractérisa par une volonté de structuration et de déploiement.

Il était une fois le podcast. 2 : Un terrain vague inépuisable

Par

Les légendes du podcast une fois évacuées, nous voilà arrivé·es au cœur du sujet : élaborer son histoire culturelle. Parler non seulement de ce qui sépare, mais de ce qui réunit les radios libres, les sagas mp3, les plateaux entre ami·es, les séries audio, la radio de rattrapage, les sons unitaires, les webradios, les plateformes… En cinq mots comme en cent : du son sur le web. Comment il est arrivé là, depuis où et quelles formes il a pris, notamment en France.

Il était une fois le podcast. 1 : Faire table rase ?

Par

Un vent de fraîcheur, une nouvelle vague, le début d’un âge d’or, une renaissance, que dis-je : une révolution ! L’enthousiasme qui anime le milieu du podcast francophone s’est visiblement transmis, ces derniers mois, aux médias qui le couvrent. S’il est réjouissant d’assister à une ouverture du paysage de la production sonore, à un questionnement de ses formes et à un intérêt nouveau pour elle, il reste fondamental de ne pas perdre pour autant – voire refuser – toute mémoire sonore. Tentative impossible de définition du podcast et contribution à son histoire culturelle.

« La galère s’amuse » : quand la radio escamote la prison

Par

En 2014-2015 était créées au sein de la prison des Baumettes, à Marseille, cinq histoires sonores qui détonnaient – et détonnent toujours – par rapport aux productions radiophoniques couramment réalisées en milieu carcéral. À l’occasion de leur mise en ligne intégrale sur le site d’Oufipo et du lancement de notre dossier radio et prison, retour sur Hey Jo, comment tu vois le problème ? » de Radio Baumettes. »

Brasero, un feu de joie radiophonique

Par

« Brasero », comme un cut-up de « brassage radio » et une évocation du « brasier qui consumera le vieux monde », une expérimentation qui brûle, craque et grésille chaque lundi de 19h à 20h sur les ondes du 92.2 MHz à Toulouse.

Pour les petites fonceuses et les mini voyageurs

Par

« Tout a commencé lorsque nous avons constaté l’immense popularité de la littérature sonore chez les petits Allemands. » Ainsi débute le manifeste de Trois Petits Points, « maison de littérature sonore pour la jeunesse » fondée en 2015 par des Français·es vivant à Berlin et Toulouse, Marion Bossuat, Sandrine Moreira et Jonathan Cohen.

Pour les têtards et les minus

Pour les têtards et les minus

Par

Qui a dit que la radio ne faisait plus grand-chose pour les enfants ? C’était Syntone, en décembre 2015, à l’occasion d’un dossier sur les fictions jeunesse. Pour ne pas rester sur ce constat, nous inaugurons une nouvelle rubrique pour les petites oreilles, visant à relayer quelques créations (radio, webradio, livres-CD, CD…) ayant le bon goût de nous démentir.

Au cœur du bouillonnement podcastique

Par

Trois petits mois après vous avoir proposé une première cartographie d’espaces de création et de diffusion sur le web, Syntone y apporte une belle mise à jour. Plusieurs outils de veille ou de sélection ont en effet émergé depuis.

Quand la radio trompe l’oreille : petite histoire des faux-semblants radiophoniques. Épisode 8 : le faux-semblant entre institutionnalisation et philosophie (années 2000–2010)

Par

Huitième et dernier épisode : la grande vague de docufictions du début du 21ème siècle institue de nouveaux codes narratifs et voit l’émergence d’une veine particulièrement fertile, où le travail de création sonore se fait philosophique.

Nouveaux voyages sonores dans le passé

Par

En 2016, sous le titre « Entendre le passé », nous tentions une synthèse de diverses tentatives, documentaires ou fictionnelles, scientifiques ou artistiques, de retrouver comment sonnaient les époques lointaines. Mais le passé ne cessant jamais de croître, voici deux mises à jour de notre article.