Jean Couturier, braconnier du son

Lors de sa onzième édition en février 2014, le festival Longueur d’ondes organisait une discussion autour de Jean Couturier – disparu en 2010. Cette séance hommage, animée par Alexandre Plank et Irène Omélianenko, était accompagnée de deux autres moments d’écoute où l’on pouvait découvrir le travail éclectique de cet auteur méconnu de la jeune génération.

Méconnu, au point que même Alexandre Plank, réalisateur de fictions à France Culture, qui l’a brièvement côtoyé à la Maison de la Radio, n’a eu vent de son œuvre que sur le tard. S’il s’en est fallu de peu pour que les deux réalisateurs se rencontrent, le destin en a voulu autrement, et ça n’est qu’un regard extérieur que peut poser Alexandre Plank sur Jean Couturier lors de cette séance. Un regard extérieur certes, mais non moins judicieux.

C’est que le jeune réalisateur de fiction – documentariste à ses heures – a un parcours qui n’est pas très éloigné de celui de Jean Couturier, de même qu’un état d’esprit qui, aux dires d’Irène Omélianenko, est proche de celui de son prédécesseur.

Quant à Irène Omélianenko, c’est non seulement avec un regard profondément intime qu’elle aborde cette rencontre autour de l’homme dont elle a partagé la vie, mais surtout avec la pertinence et la richesse critique que lui confèrent son expérience radiophonique. Documentariste, elle est aujourd’hui conseillère aux programmes de France Culture en charge du documentaire et de la création radiophonique – un parcours à Radio France qu’elle a commencé en 1982 à Radio La Creuse (l’ancêtre de France Bleu Creuse) tandis que Jean Couturier était directeur des programmes.

Jean Couturier, au centre.

Jean Couturier, au centre.

Jean Couturier est d’abord attaché à l’expérimentation de nouvelles formes radiophoniques, du documentaire à la fiction sonore. Il marquera France Culture par la création et la réalisation pendant dix ans de Clair de Nuit, émission nocturne qui ouvrait grand ses portes aux jeunes créateurs et aux premiers essais, réussis ou non, à travers la rubrique « Tentatives premières ».

Il est une autre radio qu’il marquera, c’est Radio La Creuse, où il débarque en 1982 comme directeur des programmes. Les habitants de la Creuse doivent encore se rappeler certaines de ses idées de programmation et notamment la diffusion de tonitruante musique new wave – assez peu convenue pour l’époque…

Jean Couturier vit sa radio dans l’instant, dans le « brut » de son, comme si les imperfections mêmes étaient parlantes. Loin de l’image d’un orfèvre du son, pointilleux et perfectionniste, que l’on accorde volontiers à un Yann Paranthoën par exemple, Alexandre Plank lui préfère le qualificatif de « braconnier du son ».

L’originalité, au sens fort du terme, c’est-à-dire la nouveauté et la rupture qu’introduit Jean Couturier dans les habitudes de production de l’époque, tient dans le mélange qu’il fait, à la fois de cette volonté de produire « sa » radio soi-même – une sorte de do-it-yourself radiophonique (avec les moyens de Radio France tout de même) – et d’une méthode d’approche de ses sujets et de ses personnages radiophoniques profondément intuitive et tendant parfois à une intimité qui n’était pas d’emblée évidente. Un regard, un silence, une présence. Voilà la méthode, anti-journalistique au possible, de Jean Couturier, avec laquelle il savait pousser ses interlocuteurs à une expression singulière d’eux-mêmes. Jean Couturier savait extraire l’âme des gens – « la parole du silence » – et la faire entendre.

Découvrez ici un extrait de cette séance du onzième festival Longueur d’ondes… et écoutez l’intégralité sur Oufipo.

logoOufipo-org_0Un article en partenariat avec Longueur d’ondes & Oufipo

Pour approfondir :

  • Un enregistrement amateur de Clair de Nuit, atterri sur Youtube et apparemment daté de juillet 2001, où l’on entend (entre autres) Yann Paranthoën et Christian Zanési s’exprimer sur leurs portraits de la sculptrice Irène Zack.
  • La Mythologie de poche de la radio du 9 avril 2010 consacrée par Thomas Baumgartner à Jean Couturier, où l’on peut découvrir de nombreux extraits de Clair de Nuit.

1 Réaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *