Au cœur du bouillonnement podcastique

Les contenus et les passerelles évoluent rapidement sur la planète podcast, tant et si bien que trois petits mois après vous avoir proposé une première cartographie de ces espaces de création et de diffusion, issus du bouillonnement actuel ou plus anciens, Syntone y apporte une importante mise à jour. Plusieurs outils de veille ou de sélection ont en effet émergé depuis.

maura, « Oh so robotic » (2007), Creative Commons by-nc-nd

D’abord, l’Écoutoir, un « cabinet de curiosités sonores, musicales et radiophoniques » piloté par Licinio Da Costa. Résolument orienté du côté artistique et peu soucieux de la distinction entre podcast, radio ou autre archive sonore, le portail furète sur diverses plateformes d’autopublication (les audioblogs d’Arte Radio, Bandcamp, Soundcloud…), de production (R22 Tout-monde, Arte Radio, France Culture, Silence Radio…) ou d’archivage (Ubuweb…) pour en extraire quelques pièces chaque mois, introduite par un petit texte qui les contextualise. On y trouve aussi bien un pionnier du cinéma pour l’oreille en 1930 qu’une compositrice électroacoustique contemporaine. Une double spécificité, le choix de la création et celui du temps long, d’autant plus appréciable que toute mémoire de l’art sonore et radiophonique semble s’être perdue chez bon nombre de nouveaux acteurs. Nulle visée d’exhaustivité ici, plutôt l’élaboration patiente d’une singulière collection.

Plus éloigné de la création et conçu dans un esprit stratégique de valorisation des contenus audio comme de transversalité entre radio et web, on notera l’émergence de Hack the Radio, actuellement en phase de test. Monté par Carine Fillot, une ancienne du Mouv’ et de la Direction des nouveaux médias de Radio France, le site propose, moyennant inscription, des playlists thématiques (allant du Québec à la beauté en passant par l’hiver ou la nourriture) mélangeant des sons brefs et longs, appartenant à des médias et des formats différents, quoique majoritairement professionnels. Carine Fillot souhaite, dans la version définitive du projet, personnaliser la programmation en fonction du profil des utilisatrices et utilisateurs.

 

Mouvement I de La Symphonie des Portefeuilles de Mathieu Beauséjour en 1999, repéré par l’Écoutoir.

 

Ancrées dans la vague actuelle de podcasts d’entretiens ou de plateaux et dans le milieu des indépendant·es, Samia Basille et Célia Allard animent de leur côté le webzine Radiotips. Leur objectif : faciliter l’accès aux sons (puisqu’elles partent du constat très pertinent que les podcasts autoproduits demeurent « (presque) invisibles »), en offrir une sélection brièvement commentée plusieurs fois par semaine et proposer des interviews ou des réflexions. Un travail de défrichage très dynamique pour se repérer dans les parutions actuelles. Autre initiative digne d’intérêt : le blog des Moissonores, alimenté par Grégoire Molle, Adélie Pojzman-Pontay, Alice Durieux, Fanny Cohen Moreau et Sarah-Lou Lepers. Adeptes du storytelling à l’étatsunienne et de la « révolution de la radio » importée d’outre-Atlantique, les cinq paires d’« oreilles chercheuses » ont constitué une Encyclopodie, c’est-à-dire une base de données de podcasts francophones et anglophones (une centaine à l’heure actuelle). Elles publient par ailleurs un article (à peu près) mensuel de recommandations d’écoute et assurent des comptes-rendus d’évènements du milieu.

Pour compléter l’Encyclopodie, un annuaire des podcasts francophones est disponible sur le site Podcastéo. Ce dernier joue plusieurs rôles dans la podcastosphère : il constitue un réseau d’entraide entre 18 programmes indépendants, propose un classement des publications en langue française (une alternative rare à celui, ultra-dominant, d’Apple), anime une émission sur la fabrique des podcasts et a même lancé, en ce début 2018, un concours des meilleurs podcasts francophones. Pour compléter avec deux autres sélections effectuées sans commentaire aucun, citons Radiovore et, pour une approche plus légère centrée sur les parutions du jour, la Météo du podcast.

Enfin, la veille passe également par des lettres d’information. On signalera notamment la newsletter de Radio Cassou (hebdomadaire), celle de Podcasts 101 (mensuelle ou moins) et celle des audioblogs d’Arte Radio (mensuelle, accessible via un onglet dédié dans le sous-menu). Cette dernière, focalisée sur les fertiles autoproductions mises en ligne sur la plateforme (rien à voir avec les créations produites par Arte Radio elle-même donc), est rédigée par Thomas Guillaud-Bataille, qui animait auparavant les Surgissantes, « collection de petites odyssées culturelles » où l’on pouvait trouver quelques étoiles auditives. Pour finir, on citera la lettre d’information (hebdomadaire) de Louie Media, un nouveau fournisseur de podcasts narratifs porté par deux ex-journalistes du site d’actualité Slate, Mélissa Bounoua et Charlotte Pudlowski. Elles y annoncent leurs actualités, mais en les introduisant, selon les lettres, par un entretien avec une personnalité du monde du podcast, une sélection thématique ou un éditorial donnant la température des débats qui agitent le milieu.

 


Suzanne Gabriello, « Z’avez pas lu Kafka », repéré par Les Surgissantes.

 

L’on rencontrera d’inévitables redondances d’une sélection à l’autre, à l’exception notable des deux premières références, l’Écoutoir et Hack the Radio, qui naviguent dans des mers peu parcourues par les autres. Ce foisonnement n’en demeure pas moins représentatif de l’enthousiasme actuel dans le podcast francophone, que l’on souhaite aussi durable qu’inventif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *