Bruxelles se prononce tout aussi bien Brussel

Bruxelles intra muros possède aussi sa frontière linguistique, mouvante, moins visible et plus poreuse. Mais sur les ondes contrôlées, la bande FM est unique, prudemment découpée entre porte-voix publics et privés des deux communautés. Les individus qui composent ces sphères radiophoniques, travaillant de la voix et de l’oreille dans des cultures et des langues différentes, se mélangent très rarement. Alors comme toujours, c’est dans les marges, plus expérimentales et moins formatées ~  “tiers secteur” et projets artistiques ~, qu’il faut chercher l’ouverture.

Radio Panik, bien que majoritairement francophone, a toujours hébergé les deux idiomes. Reconnue pour ses ambitions créatives, Panik est un des dix-huit membres actuels du réseau d’échange international Radia. Mais Bruxelles en compte trois à elle seule ! Aux côtés de Panik on trouve donc Radio Campus, qui émet depuis le site de l’Université Libre de Bruxelles (francophone), et ~ pour ce qui nous intéresse aujourd’hui ~ XL Air, une webradio diffusant surtout le soir, montée par l’association des étudiants de la Vrije Universiteit Brussel et du RITS.

En 1962 naissaient, dans les mêmes murs de la rue Thérésienne, deux écoles publiques de cinéma et de théâtre : l’INSAS, francophone, et le RITS, néerlandophone. La cohabitation a tout de même duré 30 ans avant de logiquement se terminer lorsque le RITS avait besoin de nouveaux locaux. Maintenant installé au centre de Bruxelles, ce dernier est devenue une école multidisciplinaire
“d’arts audiovisuels et performatifs”. En son sein existe un département Radio spécifique qui délivre un baccalauréat (3 ans) et un master (4ème année). “Nous avons le temps de vraiment explorer le médium radio, y compris de façon expérimentale.” explique Martine Ketelbuters, professeur.

“Les grands axes du cursus sont : radio, documentaire, audio. En Radio il s’agit de construire un programme radiophonique (concept, recherches, dramaturgie, interview, débat, présentation, musique…). En Documentaire, de réaliser un documentaire en troisième année, à partir d’exercises de base. Audio est la partie la plus artistique : fiction, paysage sonore (soundscape), installation, radio-art.” En plein essor, l’enseignement ne se contente pas du travail en studio et passe l’épreuve de l’antenne.

Circuit 02, par Jeroen Vandesande

Circuit 02, par Jeroen Vandesande

“Depuis 10 ans déjà, le département soutenait des projets radiophoniques d’étudiants.“ raconte Dieter Van Dam, formateur au RITS et pilier d’XL Air. “En 2001 la première fréquence étudiante a été obtenue et FM Brussel est née. Ce fut un tel succès qu’après quatre ans de camping dans le studio (qui d’un point de vue de la direction était totalement irresponsable), FM Brussel est devenue la radio flamande officielle à Bruxelles, encore aujourd’hui dirigée par d’anciens étudiants. Puisque le département Radio du RITS veut être un lieu d’étude et de recherche artistique résolument indépendant des tendances médiatiques, il n’avait pas d’autre choix que de laisser partir son enfant. Lieve De Maeyer, actuellement productrice pour la radio et la télévision publiques flamandes, et qui était à l’origine de ces premiers projets, a décidé d’embarquer sur une nouvelle aventure. En 2005 avec les étudiants en dernière année, elle a fondé le première webradio de Flandres : XL Air. Depuis, les équipes bougent mais le projet ne fait que grandir, devenant de plus en plus visible, surtout du monde estudiantin bruxellois.” La dernière contribution d’XL Air à Radia est Circuit 02 Broadcast, une transposition radiophonique d’une installation de l’artiste Jeroen Vandesande [photo].

Selon les mots de Dieter Van Dam, cette œuvre peut être décrite comme une perversion technique de la “prophétie brechtienne” : la radio comme un système de communication plutôt que de distribution. Depuis la rentrée de septembre, et en particulier du 25 au 29 octobre, Dieter et ses étudiants du RITS mettent en œuvre le projet de carte sonore My Favourite Brussels Sound avec l’aide, entre autres, du compositeur audionaturaliste Chris Watson qui proposera une mastrerclass ouverte au public.

Chose inconcevable il y a quelques années et tandis que le contexte politique est hautement défavorable, le RITS et l’INSAS ont entrepris de se rapprocher pour un workshop commun dans le cadre de la prochaine Semaine du Son. “Le projet est d’ouvrir notre masterclass audio, donnée par Guy De Bièvre, aux étudiants de l’INSAS” explique Martine Ketelbuters. “On y travaille le son, une langue universelle.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.