Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Documentaire sonore de création

23 juillet - 29 juillet

3 sessions, à Arles uniquement
29 avril – 5 mai
23-29 juillet
28 octobre-3 novembre 2018

Durée : 7 jours
Horaires : 10-13h et 14-18h
Effectif : 8 personnes
Etudiants : 600 Euros
Salariés sans prise en charge : 900 euros
Formation continue : 2 300 Euros
(financement par l’AFDAS pour les intermittents)

Public
Ce stage s’adresse en priorité aux intermittents du spectacle et de l’audiovisuel, mais ils est accessible à toute personne déjà engagée dans une démarche de création quel qu’en soit le support , et à toute personne intéressée par l’univers du documentaire sonore.

Contenu
Le « son » comme support d’écriture du réel…
A la différence du reportage, le documentaire sonore s’appuie sur la valeur sémantique du son, la syntaxe du montage et du mixage.
Initier à cette écriture singulière qui associe construction de la forme et de l’objet, élargir les références professionnelles des participants, leur transmettre une culture radiophonique spécifique, sont les objectifs de cette formation dont la finalité générale, depuis 20 ans, est d’encourager à une démarche d’auteur.

Qu’est-ce qu’un « documentaire de création » ?
C’est un nom que l’on donne (un peu « faute de mieux ») à un type de radio où le réel glisse vers autre chose (« la fiction » ou « l’art », peut-être)… Un type de radio dont le but est moins d’instruire et d’informer (bien que ni l’information, ni l’enseignement n’en soient exclus) que de créer un univers (au sens large) tissé de sons réels. Le sujet importe peu, n’étant souvent qu’un prétexte permettant à l’auteur de parler de quelque chose de plus universel — ou de plus intime que ledit sujet. Ce qui importe c’est l’auteur et sa façon de s’engager avec le sujet. Car derrière tout documentaire, il doit y avoir un auteur.

Qui est l’auteur à la radio ?
C’est un scénariste doublé d’un praticien du son avisé, capable de raconter d’une manière personnelle et dans un langage radiophonique rigoureux..

Programme

Que ferez-vous ?
Le stage s’organise autour d’un projet commun mené collectivement. Rappels théoriques et historiques, conseils pratiques sur la prise de son, le montage et le mixage s’articulent autour de la mise en œuvre de ce projet singulier. A partir du choix d’un « sujet non-journalistique » (déterminé le plus souvent en amont du stage avec les participants) c’est un « film radiophonique » qui est fabriqué puis diffusé en fin de stage.

Qu’apprendrez-vous ?
Vous devrez vous glisser dans la peau d’un conteur et d’un ingénieur du son pour « peindre avec les sons » :

– les capturer en tenant compte des possibilités des microphones ;

– les trier, les organiser, les monter et les mixer selon une syntaxe sonore et des règles formelles cohérentes avec votre projet,

– devenir auteur avec le propos des autres sans les déformer

– mesurer la valeur dramaturgique des bruits, de la musique, des voix, des paroles et du silence.

– vous doter de repères adéquats pour évaluer la progression de votre travail, comprendre ses forces et faiblesses

Comment ?
L’approche suppose que vous vous impliquiez personnellement dans chacune des phases de l’enregistrement, de l’écriture et de la production. Le mixage s’effectue sous la supervision des intervenants.

Cette initiation s’articule autour de trois axes :

Axe 1 — méthodologie
Cerner les dimensions psychologiques et culturelles de l’écoute et les contraintes qu’elle impose au réalisateur. Appréhender les techniques de figuration : comment rendre le réel à partir du sonore, que retenir de la parole d’autrui, sans la trahir. Comment passer de l’idée au projet ; comment gérer les doutes et les difficultés rencontrées en chemin sans infidélité aux intuitions de départ. Comment confronter ses idées avec celles des autres. Comment dégager une forme, affirmer un regard personnel ?

Axe 2 — analyse
A partir de l’analyse de divers exemples : comprendre la dramaturgie des voix, la valeur des bruits, le rôle du silence.

Axe 3 — pratique intensive
Prendre le son, le monter en séquences, préparer le mixage ; mettre en jeu divers procédés narratifs, signifier par la construction.

Supports pédagogiques
A l’issue du stage, un ouvrage de René Farabet vous sera remis pour vous permettre d’approfondir les problématiques abordées.

Les intervenants

Kaye Mortley
Productrice indépendante basée à Paris, elle travaille pour France Culture (notamment pour l’Atelier de Création Radiophonique) ainsi que pour de nombreuses radios européennes et pour ABC Sydney, l’Australian Brodcasting Corporation. L’extrême finesse de ses mixages, la qualité formelle de ses productions lui ont valu d’être primée dans de nombreux festivals internationaux comme le prix Futura de Berlin (1979, 1983, 1985, 1991), le prix Europa (1998, 2001). Kaye Mortley anime de multiples journées, ateliers et séminaires sur le documentaire de création tant en France notamment à l’Université d’été de la radio d’Arles, qu’à l’étranger. On pourra lire à ce propos un entretien avec Kaye Mortley : philosophie d’un stage.

Elle est alternativement assistée dans la conduite de cet atelier par 2 chefs opérateurs du son :

Mehdi Ahoudig
Réalisateur sonore, il a d’abord travaillé pour la danse contemporaine et le théâtre, puis est venu progressivement à la radio. Ses documentaires recèlent une dimension sonore ambitieuse.
Devenu une des signature qui comptent à Arte Radio, il s’y distingue par sa capacité à faire émerger des paroles neuves, inattendues. En 2006, il a obtenu une bourse de la Scam pour un documentaire  » Hautpoul: France – Wodobéré : Sénégal » réalisé à l’Atelier de Création Radiophonique de France Culture. La Scam lui a consacré une soirée en 2007. Avec « Qui a connu Lolita ? » il vient d’obtenir le très disputé Prix Europa 2010 du documentaire sonore à Berlin. Il enseigne à Arles depuis 2002 et comme Chef opérateur du son, assiste Kaye Mortley dans la conduite de son atelier de création documentaire.

Sylvain Richard
Diplômé de l’ENS Louis Lumière en 2005 (section son), il s’intéresse à plusieurs domaines du son, à la fois à la radio et le son à l’image, toujours suivant une approche documentaire. Il est chef opérateur du son et monteur sur des documentaires principalement pour Arte et >France 5. En 2009, pour les « Sillons de la mémoire », une série documentaire à base d’archives amateurs muettes, il conçoit une bande son comme une véritable dramatique radiophonique, la voix de personnages fictionnels menant la narration. Il est également chargé de réalisation pour Radio Classique et pour Radio France : il y assure la réalisation d’émissions en extérieur, le montage et le mixage de programmes élaborés.

Diffusion
Les productions issues du stage font généralement l’objet d’une présentation publique. Elles peuvent faire l’objet de radiodiffusion ou de mise en ligne, notamment sur le site sonosphere.org.

Détails

Début :
23 juillet
Fin :
29 juillet
Catégorie d’Évènement:
Site Web :
http://phonurgia.org/univ_stage_texte.htm#

Organisateur

Phonurgia Nova
Téléphone :
06 09 64 65 39
E-mail :
info (at) phonurgia.org

Lieu

Arles
Arles, France + Google Map