Une nouvelle formule pour les « Carnets de Syntone »

Avec une nouvelle maquette, notre jeune « revue de l’écoute » les Carnets de Syntone a fêté son premier anniversaire. Laissez-nous vous présenter le dernier numéro par le menu, mais aussi sa petite cuisine interne au goût local. À la fin de cet article, vous saurez enfin pourquoi il faut vous abonner !

On croyait tout connaître de la Guerre des mondes, le classique d’Orson Welles... Mais saviez-vous, par exemple, que l’adaptation radiophonique de ce récit d’une invasion extraterrestre a provoqué plus de heurts à Quito (Équateur) qu’à New York ? Notre « petite histoire des faux-semblants radiophoniques » a pris le temps de gratter sous la surface du mythe. En contrepoint à ce voyage dans le passé, nos oreilles se trouvent aussi bien ancrées dans le présent avec une rencontre avec Cécile Liège, qui invente son métier de documentariste sonore en-dehors de Paris depuis dix ans. Nous avons également visité la Radio des Foyers, qui fait entendre la voix des migrants et crée des relations avec les habitants du 20e arrondissement de la capitale. En cliquant par ici, vous saurez tout du reste du sommaire de ce Carnet n°5.

Parlons maintenant de la fabrication du numéro. Les Carnets de Syntone ne sont pas confiés à un fast-food de l’impression. Ils sont maquettés dans le voisinage, leur couverture est sérigraphiée à la main – d’où leur look littéralement unique – et le cahier intérieur est imprimé en numérique aux bons soins de l’imprimerie locale. On essaie qu’ils vous soient acheminés par le train. Et leur coût est calculé au plus juste de tout ce processus… très stimulant !

Nous tenons à ce côté artisanal, à taille humaine, qu’on trouve propice à une bonne ambiance de travail et à cette relation qu’on cherche avec vous, qui n’est pas simplement de la consommation. C’est sûr, en travaillant comme cela, on a parfois des petites « surprises » en cours de fabrication qui occasionnent des petits retards, mais tout s’est toujours bien terminé pour l’instant !

Qu’on ne s’y trompe pas, notre objectif est de rester humain, pas confidentiel. Les « Carnets-nouvelle-formule » ont trouvé un sens de lecture plus habituel, ils ont revêtu davantage de couleurs, leur contenu cherche à parler à un plus large public et à trouver leur place dans toutes les bibliothèques (avis aux professionnel·le·s !). En multipliant également le nombre d’exemplaires, nous voulons à la fois mieux rencontrer le public et augmenter notre financement. C’est que l’aventure éditoriale de Syntone (seule revue sur la création sonore et radiophonique ?) est aussi une aventure économique dont les Carnets sont constitutifs.

Idéalement nous aimerions ne dépendre que de nos lecteurs et de nos lectrices. C’est notre pari, pour permettre au site d’exister en accès libre. Et notamment pour que celles et ceux qui n’ont pas les moyens de nous soutenir (ou qui découvrent seulement la création sonore et radiophonique) puissent lire nos articles gratuitement en ligne !

Nous tenons également à ce que nos auteur·e·s soient rémunéré·e·s pour leur travail. Votre abonnement est une souscription permanente qui finance nos futurs articles et notre travail de veille, pour que continue d’exister une critique de la création sonore et radiophonique qui soit dynamique et indépendante. S’abonner aux Carnets c’est en effet soutenir le fonctionnement même de Syntone. On vous y propose en avant-première des articles qui ne seront en ligne que deux, trois mois après. Vous nous permettez d’avoir de la visibilité sur notre budget et en contrepartie vous avez la primeur de nos chantiers éditoriaux – sous la forme d’un objet agréable à lire, à conserver, à prêter, à redécouvrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *