« L’Heure de pointe », un rendez-vous pour fins tympans

Syntone poursuit son tour d’horizon des programmes radiophoniques de création, en s’intéressant cette fois à une émission qui ne crée pas ses propres productions, mais diffuse depuis 2010 une sélection originale et rare sur les ondes francophones : L’Heure de pointe sur Radio Panik.

Chaque lundi, mardi, mercredi et vendredi à midi, sur le 105.4 MHz à Bruxelles, L’Heure de pointe consacre une heure à « tout ce qui bouscule l’oreille », du documentaire à la musique électro-acoustique. On y trouve des sons d’Arte Radio regroupés par thématiques (comme le nucléaire), des rediffusions de radios proches (comme La fabrique de musique de Jet FM), mais aussi et surtout une attention portée à des pièces qui ont moins de visibilité, issues d’évènements ponctuels ou de repaires pour connaisseuses/eurs – la création en train de se faire en somme. Avec un accent, notamment, sur les productrices et producteurs de Belgique ainsi que sur les œuvres sous licences libres.

Côté Belgique, L’Heure de pointe suit par exemple le travail de Flavien Gillié (L’Apocalypse au quotidien) ou de Jeanne Debarsy (Terre noire), et on a pu récemment y découvrir le splendide Sur le fil d’Yvan Hanon. Pour les performances collectives, on signalera cette Histoire ludique et détaillée du clitoris, la fiction participative pour enfants Le Monde à l’Envers du Père Laboule ou la fiction de littérature grise Le Bzou gris. Côté création sonore libre, l’émission a célébré la Journée du domaine public et puise notamment dans le vaste répertoire des netlabels et de la Free Music Archive. Elle ne cache pas son goût pour les pépites de la plus ancienne radio libre états-unienne, WFMU [lire notre dossier sur Syntone] ou pour les colleurs et collectionneurs de son comme Ergo Phizmiz ou Luis Antero.

« Dé-fricher-dé-chiffrer-dé-chirer », émission du 30 octobre 2015

On aura tout intérêt à ne pas se reposer sur les podcasts puisque ces derniers ne sont qu’occasionnellement mis en ligne, ce qui ne saurait être une raison pour rater, entre autres choses, la recherche sonore menée par Sophie Bruneau (Comme un bruit de machine à coudre, Dans le rêve, la vision nocturne et Suicides au travail). Rendez-vous, donc, à midi en semaine (sauf le jeudi), pour une écoute proprement radiophonique : en direct et créative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *