Gymnastique sonore, exercice quotidien de curiosité auditive

Les plages de création radiophonique qui existent et, semble-t-il, se développent sur les radios associatives durent souvent 1h et prennent essentiellement deux formes : diffusion d’une production unitaire de l’antenne (un documentaire par exemple) ou sélection de pièces issues de sites bien repérés des oreilles curieuses, notamment Arte Radio, l’Acsr ou Phaune Radio, qui trouvent ainsi régulièrement des diffusions FM locales.

Depuis 2013, Gymnastique sonore, émission quotidienne de création radiophonique sur Canal B à Rennes, invente son propre format. D’abord parce qu’elle a pris le parti d’une durée variable, généralement comprise entre 10 et 20 minutes. Ensuite parce qu’elle fait éclater les frontières de ce qu’elle s’autorise à diffuser – et, du même coup, secoue les habitudes d’écoute des amatrices et amateurs de création radio. Reportages, fictions, promenades, musique électro-acoustique, field recording, travaux ciselés ou encore maladroits, l’émission s’intéresse à tous les genres et à toutes les pratiques.

D@ly3d, « Nice and effective workout », Creative Commons by

« Gymnastique sonore, c’est l’émission où l’on se demande ce qu’est un son. Qu’il soit agréable, abstrait, étrange, mélodieux ou non, qu’est-ce qu’il me dit ? », suggère Hadrien Bibard, actuellement en charge de l’émission. On entendra de temps à autre des sélections que l’on retrouve sur d’autres antennes, mais pour l’essentiel les diffusions sont inédites à la radio, qu’il s’agisse de sons dénichés hors du web, à l’instar de pastilles d’étudiant⋅e⋅s pour le concours « Faites court ! » de l’Université de Rennes ; de trouvailles extraites de festivals, comme cette composition expérimentale « détournant le principe de musique concrète » ou cette pièce mi-homme mi-coq choisie par le collectif rennais Micro-sillons lors de ses « Échappées sonores » du mois d’avril dernier ; ou encore de productions propres.

Parmi ces dernières, des reportages réguliers avec des artisans sonores : rencontre des webradios Le Frigo et *DUUU lors du festival Longueur d’ondes 2015, ou de l’association Diapéro qui promeut le diaporama sonore. Également une mise en valeur de créations ou d’initiatives rennaises, avec par exemple les « capsules de rétention » co-réalisées avec la Cimade, association de soutien aux migrant⋅e⋅s, une carte blanche à l’artiste Pascal Pellan, une mise en son d’une révolte dans la ville au XVIIe siècle, ou, pour finir, une exploitation des archives locales.

« Journée Science et Musique », émission du 13/10/2014

On trouvera peut-être que manque parfois certaine distance critique vis-à-vis de ce qui est diffusé, ou que la ligne éditoriale est un peu trop éclectique. Un choix assumé pour Hadrien Bibard, qui insiste sur le fait que l’émission est produite par la radio en tant que telle et ne doit pas refléter les seuls goûts de son animateur/trice du moment : « L’idée de Gymnastique sonore, c’est de surprendre. On sait à peine ce qu’on va entendre. C’est une manière de casser une programmation d’antenne soit trop musicale1 soit trop parlante. » On a dans tous les cas le sentiment d’entrer dans la fabrique de la création sonore actuelle, dans ses recherches et questionnements, dans ce qu’elle a d’encore inabouti ou, au contraire, dans ce qui s’y institutionnalise doucement. En somme, un bien intéressant poste d’observation d’une pratique en pleine ébullition.

  • Pour écouter Gymnastique sonore, rendez-vous à 15h00 du lundi au vendredi et le samedi à 18h30 sur le 94 MHz de Canal B à Rennes, ou explorez toutes les archives de l’émission.

Note :

1 Canal B est une radio musicale membre de la Férarock.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *