Dans la fabrique de WFMU avec Liz Berg

Tous les lundis, Liz Berg réveille les ondes avec des montages rythmés et des collages sonores décoiffants. Mais elle est aussi assistant general manager de WFMU et, le temps d’une entrevue, elle nous explique en quoi cette radio freeform est si spéciale aux États-Unis.

(cc) John Dalton - flickr

Porte ouverte sur la régie de WFMU (cc) John Dalton – flickr

liz berg wfmu resized

Liz Berg (cc) John Dalton – flickr

Qu’est ce qui distingue WFMU dans le paysage radiophonique américain ?

Aux États-Unis, les radios se distinguent en deux catégories : commerciales et non-commerciales. Les radios commerciales sont pour la plupart horribles, homogènes musicalement, assaillies de publicité, et elles n’ont que très peu de respect pour l’intelligence des auditeurs. WFMU fait partie des stations non-commerciales, mais elle s’en distingue aussi pour plusieurs raisons : la majorité d’entre elles sont soit confessionnelles, soit affiliées à NPR [NDLR : National Public Radio, un des trois réseaux de la radio publique étasunienne] qui diffuse des programmes produits à l’échelle nationale, ou encore affiliées à des universités. Parmi les radios universitaires, certaines ont de très bonnes émissions et couvrent un large spectre de genres musicaux avec un ton amusant et moins uniformisé. Mais ce n’est pas le cas de toutes. Malgré l’appellation « non-commerciales », de nombreuses stations au États-Unis diffusent en fait du contenu financé et ont recours a des sponsors privés.

WFMU propose un choix d’émissions bien plus large que ce que l’on peut écouter sur ces radios. On diffuse des styles de musiques très différents, mais aussi des émissions humoristiques et des nouvelles formes de radio expérimentale qui ne peuvent pas être clairement catégorisées. Nous nous attachons à la radio en tant que média créatif, nous aimons la spontanéité et repousser les limites, sans non plus nous prendre trop au sérieux. WFMU n’est financée par aucune publicité ou sponsor. Nous préférons nous reposer sur nos auditeurs, leurs donations sont la clé pour que WFMU reste cet endroit unique, bizarre et merveilleux.

WFMU est financé uniquement par ses auditeurs lors d’un marathon annuel d’appel aux dons. Comment la radio se prépare-t-elle à cet événement particulier ?

On s’y prend plusieurs mois à l’avance. On commence à réfléchir aux contreparties (t-shirts, objets dérivés) et on contacte les labels pour nous donner des lots à offrir aux donateurs. Les DJ et les bénévoles se rencontrent plusieurs fois avant le début du marathon pour discuter de comment parler de WFMU, comment rester en contact avec nos auditeurs. Le marathon, c’est une belle aventure qui nous rassemble tous autour de notre amour pour WFMU. Nous aimons profondément cette radio et nous voulons que jamais elle ne s’arrête d’émettre. WFMU, c’est une grand famille de passionnés qui combine chaque année ses super pouvoirs pour le bien des ondes ! C’est excitant, stressant et fatiguant à la fois. Il y a quelque chose de magique qui se passe. C’est aussi un moment particulier à l’antenne : les DJ se donnent à fond pour que leurs émissions soient exceptionnelles, ils utilisent leur propres mots pour démontrer en quoi cette radio est si spéciale. Ce marathon permet de récolter assez d’argent pour financer annuellement WFMU, mais ça nous rappelle avant tout que cette radio est précieuse et reste dans l’esprit « do it yourself ».

Le standard installé dans le studio pendant le marathon (cc) John Dalton - flickr

Le standard installé dans le studio pendant le marathon (cc) John Dalton – flickr

Qu’allez-vous faire avec les 1.200.000 $ récoltés lors du marathon de financement ?

Je plaisante toujours en disant que WFMU dépense tout son argent dans des choses insignifiantes : factures d’électricité, location des lieux de transmission, bande passante et maintenance de notre site web, le développement, et enfin la rémunération de notre petite équipe. Cette année, nous allons aussi investir pour mettre à jour nos applications mobiles et terminer les travaux de notre espace qui nous permettront d’accueillir du public.1 Il n’y a que cinq employés à temps plein dans la station, ainsi qu’une personne salariée qui s’occupe de Free Music Archive. Les cinquante DJ sont tous bénévoles, tout comme la dizaine d’ingénieurs du son. Mais WFMU existe aussi grâce aux centaines de volontaires qui nous aident pour les tâches administratives, le standard téléphonique pendant le marathon, et qui donnent un coup de main lors d’événements comme notre annuelle Record Fair.


Combien d’auditeurs compte WFMU ?

Avec 3 émetteurs hertziens, 5 streams, plus de 20 podcasts et plus de 10 ans d’archives sur notre site web, c’est difficile à évaluer. Nous savons que la plus part de nos auditeurs résident dans notre aire d’émissions hertzienne, mais 10% nous écoutent depuis l’étranger.

Depuis 2011 WFMU organise chaque année RadioVision, une série de conférence où des producteurs radio, des diffuseurs, des développeurs viennent parler de la radio en mutation. C’était une nécessité pour vous ?

Cet événement est né parce que nous étions frustrés ! Beaucoup d’entre nous trouvaient que d’importants sujets n’étaient pas abordés dans les conférences dédiées aux nouvelles technologies et nous pensions que la combinaison « radio & technologies » qui nous tient à coeur à WFMU, pouvait apporter de nouvelles pistes de réflexions.

En 2007, WFMU était la première radio au monde à diffuser son flux via une application mobile. Un exemple qui illustre l’intérêt de votre radio pour les nouvelles technologies ?2

WFMU a été la première station à diffuser sur un iPhone avant même que les applications puissent être développées en externe d’Apple. C’est un exemple de notre éthique Do it Yourself et notre amour pour la technologie. Dès que nous avons vu ce nouvel outil, l’iPhone, nous avons tout de suite imaginé comment il pourrait nous permettre d’écouter la radio ! Ça ne coûtait pas si cher, mais il fallait une bonne dose de créativité pour y arriver ! WFMU s’est rapidement emparé d’internet. La radio a créé un site en 1993, dès 1997 on diffusait sur le web, et nous avons commencé à archiver toutes nos émissions autour de 2000. La plupart de nos playlists et de nos streams affichent en temps réel le titre de la chanson et le nom de l’artiste. En 2005 nous avons commencé à podcaster certaines émissions et on a lancé le blog Beware of the Blog, puis les applications mobiles ont suivi. Depuis 2008, les auditeurs peuvent aussi commenter les morceaux diffusés en direct, depuis les applications ou leur espace personnel sur le site de la radio. Il y a aussi la possibilité de marquer en favoris les morceaux et les émissions. Nous cherchons toujours des moyens créatifs d’utiliser les nouvelles technologies.

Si la technologie de WFMU est incroyablement avancée, en revanche notre site web laisse vraiment à désirer. Il ne gagnera à aucun concours de design, mais il est fonctionnel. Une refonte du site représenterait des dépenses que notre budget de nous permet pas pour l’instant. Mais un jour, peut être ! Cette année nous pensons expérimenter un peu plus la vidéo.

Selon vous, à quoi ressemblera la radio de demain ?

La radio a besoin de s’appuyer sur ses points forts si elle veut survivre. Nous avons un choix de médias tellement immense aujourd’hui ! Mais la radio conserve quelques avantages que les nouveaux services à la demande n’ont pas encore acquis : la radio, c’est direct et immédiat, et c’est un média qui n’est pas totalement immersif, qui peut s’écouter sans demander toute l’attention de l’auditeur. L’avenir de la radio passe par la prise en compte de ces deux atouts et une mise à disposition  facile en ligne. WFMU continue toujours de se développer sur le web. On cherche d’autres manières créatives d’offrir du son à nos auditeurs.

Notes :

1 En octobre 2013, WFMU a mené une campagne de financement A silent campain pour réaménager une partie de leur locaux en studio de radio pouvant accueillir du public lors de concerts et d’évènements spéciaux. Ils prévoient également d’installer un dispositif pour diffuser des captations vidéos en direct sur le web.
2 L’application mobile de WMFU possède d’incroyables fonctionnalités qui pourraient rendre jalouses les radios du monde entier. Elle permet d’écouter la radio en direct et d’accéder aux podcasts et archives des émissions en quelques clics. L’application propose aussi quatre autres flux aux couleurs différentes : Give The Drummer Radio, composé essentiellement d’enregistrements live et de morceaux de jazz, de country et de blues compilés par le DJ Doug Schulkind ; Ichiban Rock ‘n’ Soul, composé par DJ Debbie D. qui diffuse essentiellement du rock and roll vintage et de la soul des années 1950-1960 ; Ubu Radio, un mélange des archives sonores de l’avant-garde de la plateforme UbuWeb compilées par Kenneth Goldsmith ; et enfin Radio Boredcast, un projet radiophonique de 744 heures imaginé par l’artiste People Like Us consacré aux « sons lents ».

1 Réaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *