Chantier Fiction

La trente-quatrième minute

Par

De Berthe Quain, on connaît généralement — quand on la connaît — deux œuvres : le documentaire « Salauds » et la pièce minimaliste « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve ». Sans vouloir critiquer le mérite de ces deux pièces, nous souhaiterions mettre en lumière la subtilité des travaux de jeunesse de Quain et l’attention qu’elle porta alors sur les plans sonores.

Quand la radio trompe l’oreille : petite histoire des faux-semblants radiophoniques. Épisode 8 : le faux-semblant entre institutionnalisation et philosophie (années 2000–2010)

Par

Huitième et dernier épisode : la grande vague de docufictions du début du 21ème siècle institue de nouveaux codes narratifs et voit l’émergence d’une veine particulièrement fertile, où le travail de création sonore se fait philosophique.

Quand la radio trompe l’oreille : petite histoire des faux-semblants radiophoniques. Quatrième épisode : les reconstitutions et « L’attentat en direct » (années 1960).

Par

Les trois premiers épisodes étaient pleins d’exclamations horrifiées et de rires tonitruants. Dans ce quatrième épisode, un certain calme trompeur : le faux-semblant opère une mutation. Pour en rendre compte, nous revenons sur le genre des reconstitutions historiques, puis nous évoquons une pièce de 1969, « L’attentat en direct » de Claude Ollier.

Quand la radio trompe l’oreille : petite histoire des faux-semblants radiophoniques. Episode 3 : « Plateforme 70 ou l’âge atomique ».

Par

Quand la fiction fait l’évènement en passant pour le réel : retour, sous forme de feuilleton, sur près d’un siècle de faux-semblants radiophoniques. Nous plongeons ici au cœur des années 1940 avec deux pièces : « Plateforme 70 ou l’âge atomique » et le monstre marin imaginé par des GIs sur la radio de l’armée états-unienne d’occupation au Japon.

La voix rêvée des monstres

Par

« Beaux Jeunes Monstres » est une enthousiasmante fiction radiophonique en cinq épisodes courts. Réalisée par Florent Barat et Sébastien Schmitz, elle conjugue sens du récit, humour et musique, autour d’un jeune adolescent handicapé aux prises avec le désir de liberté.