Artistes, compositeurs & poètes face à la radio : 3 livres pour l’été

Ce n’est pas forcément le type de littérature que l’on a l’habitude d’emporter à la plage, mais force est de constater que ces ouvrages riches, parus dans les six derniers mois, nous incitent joliment à employer le temps estival pour à la fois élargir et approfondir notre culture sonore. Trois livres qui croisent le terrain de la radiophonie, venant d’horizons aussi variés que la poésie et la musique ou encore la création contemporaine dans son ensemble.

BONDI BEACH_310110 - 3 CC by-nc-nd-baddogwhiskas

BONDI BEACH_310110 – 3 CC-by-nc-nd-baddogwhiskas

Une idée du Nord

Si le titre de cet ouvrage est énigmatique de prime abord, son sous-titre – « Des excursions dans la création sonore contemporaine » – nous donnera une idée plus précise de son sujet, ainsi que de sa proposition formelle. En effet, la critique d’art Pascale Cassagnau nous offre un livre que l’on peut ouvrir au petit bonheur la chance et glaner notes, citations ou réflexions sur tel ou telle artiste ou œuvre, énoncées de façon précise et condensée. Mais on peut également le lire page après page, comme si l’on suivait le fil affectif des pensées de l’autrice. On sera parfois décontenancé face à des listes de noms pour seule nourriture. Mais d’autres fois, la lecture de certains passages agit comme un déclic qui nous fait reconsidérer (et relire) des chapitres déjà parcourus. Lors de ces pérégrinations en terres sonores, nous croisons très fréquemment les espaces multiples de la radio, tour à tour source d’inspiration, terrain de création ou de médiation des œuvres d’art.

Les compositeurs et l’art radiophonique

Vous connaissez peut-être les contributions de la compositrice et productrice radio Andrea Cohen à nos colonnes : son dossier consacré à Pierre Schaeffer et sa présentation de l’œuvre de Mauricio Kagel. Avec cet ouvrage paru en mai 2015, c’est l’ensemble de ses recherches sur le rapport entre les compositeurs-trices et la radio, concrétisées dans une thèse de doctorat soutenue en 2005, qui nous est aujourd’hui plus largement accessible. Remontant aux balbutiements de la radio, l’autrice montre comment le médium a accompagné l’élargissement de la notion du « musical » tout au long du XXe siècle. L’art radiophonique, tantôt envisagé comme art autonome, tantôt comme genre musical, subit l’influence de la poésie sonore, du théâtre musical ou encore du cinéma. La radio, avec ses particularismes techniques et ses conditions de travail spécifiques (le travail en équipe, pour n’en citer qu’une), est devenue un champ de création pour des figures prolifiques comme Pierre Schaeffer, John Cage, Luciano Berio, Mauricio Kagel ou encore Luc Ferrari.

La poésie hors du livre (1945-1965). Le poème à l’ère de la radio et du disque

Le sujet de la chercheuse en littérature Céline Pardo peut nous paraître très limité dans l’espace et dans le temps, mais il ne l’est aucunement dans l’intérêt qu’il suscite. D’abord parce qu’il relate une époque – l’immédiat après-guerre – où la radio sollicitait artistes et poètes, parfois même jusque dans les rangs de ses directions (Paul Gilson, Jean Tardieu). Durant ces années de reconstruction qui est aussi une reconstruction sociale et culturelle, la poésie reprend, par l’oralité et grâce notamment au disque et à la radio présente dans tous les foyers, le chemin vers un art vivant, un art pour toutes et tous. Mais la radio, véritable « machine poétique », partage également avec la poésie des affinités sensibles, un pouvoir de suggestion qui n’a pas échappé à nombre de créateurs et de créatrices. Ils et elles se sont parfois essayé·e·s à en extraire l’essence d’une véritable poésie radiophonique. À noter, pour terminer, que le livre offre un accès privé en ligne à des archives sonores issues du fonds de l’INA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *