Art + radio ~ Enquête sur les radios d’art

Depuis que nous nous intéressons aux webradios d’une part et aux projets artistiques d’autre part, tombent dans notre escarcelle des initiatives singulières ayant en commun la médiation de l’art par la radio. Que se joue-t-il dans ces drôles de radios qui ont choisi le son pour traiter le plus souvent de choses visuelles ? Voient-elles la radio comme une galerie d’art sonore ? Comme un audioguide sophistiqué ? L’art-à-la-radio devient-il parfois de l’art radiophonique ?

Lorsque ces stations produisent des émission de radio à propos d’art, a fortiori lorsqu’elles engagent des artistes à le faire, la frontière avec l’art radiophonique devient floue. Un “entre-deux” qu’elles constatent, sans forcément toutes s’en réclamer. Aperçu de cinq projets emblématiques, dont trois italiens.

(cc) Finishing School - flickr

(cc) Finishing School – flickr

Le terme anglophone d’“art radio” (que l’on peut traduire par “radio d’art”) est probablement né en 2003 avec Radio Arte Mobile, fondée en même temps que le Sound Art Museum de Rome, un centre d’archivage et de monstration d’art sonore. “Notre credo est d’être une plateforme vivante pour l’art et l’échange d’idées à un niveau international” déclare Ilari Valbonesi. “La radio est une exposition permanente, car la sélection de matériau se fait quotidiennement avec la même réflexion qu’un commissaire d’art. Chaque sélection produit un sens nouveau, en mouvement.”

À la même époque, la new-yorkaise WPS1 attire également l’attention. Née en 2004 au sein du PS1, centre d’art contemporain affilié au Museum of Modern Art (MoMA), elle a bénéficié du fonds d’archive du musée et l’a nourri en retour de milliers d’heures d’interviews et de conférences d’artistes. En 2009, à la suite d’une restructuration du centre d’art, l’équipe part avec le projet et toutes les archives sous le bras, en se renommant Art on Air.

C’est un parcours similaire que suit Radio Papesse, dont la filiation avec WPS1 est revendiquée par sa jeune équipe dès la fin 2004. Après avoir reçu l’appui du centre d’art Palazzo delle Papesse de Sienne, la webradio vole aujourd’hui de ses propres ailes. Selon Carola Haupt, l’idée de départ étant que “la radio peut donner une voix à ce qu’on ne voit pas” évolue à présent vers toute la “dimension sonore de la culture contemporaine”. Radio Papesse vient d’intégrer le réseau de création radiophonique Radia, avec l’ambition d’y apporter sa griffe. Première émission début avril.

(cc) alistairas - flickr

(cc) alistairas – flickr

Fondée en 2006, Ràdio Web Macba (RWM) émet depuis le musée d’art contemporain de Barcelone, sous la forme exclusive de podcast. En plus de donner un écho à l’actualité du musée, son engagement dans la production de contenus spécifiques l’a conduite à passer “de l’autre côté de la vitrine”, en montant par exemple une exposition sur les partitions musicales graphiques au sein du musée. Cette autonomie curatoriale donne la part belle aux femmes et aux hommes “de l’art”, c’est-à-dire de l’art radiophonique. Ainsi, le japonais Tetsuo Kogawa, l’espagnol José Iges, ou les New-Yorkais de free103point9 ont parmi d’autres été invités à se servir de l’outil.

Stefano Perna, de la napolitaine Radiopan, reprend les mots du théoricien de l’art W.J.T. Mitchell en affirmant qu’“aucune image n’est strictement visuelle et silencieuse. De la même façon, le son induit des dimensions esthétiques au-delà de l’aspect purement auditif, produisant des effets en termes d’espace, de vision et de toucher. Ce n’est donc pas une idée étrange que de vouloir couvrir les arts visuels par le son et la radio, car la problématique de traduire une expérience esthétique d’un médium dans un autre est très ancienne, par exemple, en littérature. Le genre de l’ekphrasis, qui consiste à décrire en détail un objet d’art par le récit, s’envisage de façon hautement pertinente avec la radio et son potentiel créateur d’images mentales, qui offre ainsi aux arts visuels un puissant allié.”

Dernière née en date, Radiopan regarde autant vers les expériences de ses aînées que vers la sphère traditionnelle de l’art radiophonique. Sous les auspices de Kunstradio, Radioqualia, Resonance FM, Radia, Silence Radio et bien d’autres, elle posait en décembre 2009 son acte fondateur avec un colloque intitulé “Radioaktivität | Arte et Radiofonia”. Une intiative prometteuse.

[Mise à jour du 09/09/2013 : Le projet Radiopan, né fin 2009, a cessé d’exister en 2012]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *