« La Radia » : postérité polémique d’un manifeste futuriste

Par

Dans la jeune histoire du médium radiophonique, « Il Manifesto della Radia » publié en 1933 par Filippo Tommaso Marinetti et Pino Masnata dans la « Gazzetta del Popolo » à Turin fait office de texte de référence. Ses idéaux futuristes furent cependant entachés de liens avec le fascisme. Une contextualisation s’impose à qui ne veut pas faire d’erreurs d’interprétation d’un écrit à l’indéniable force suggestive.

Brasero, un feu de joie radiophonique

Par

« Brasero », comme un cut-up de « brassage radio » et une évocation du « brasier qui consumera le vieux monde », une expérimentation qui brûle, craque et grésille chaque lundi de 19h à 20h sur les ondes du 92.2 MHz à Toulouse.

Pour les petites fonceuses et les mini voyageurs

Par

« Tout a commencé lorsque nous avons constaté l’immense popularité de la littérature sonore chez les petits Allemands. » Ainsi débute le manifeste de Trois Petits Points, « maison de littérature sonore pour la jeunesse » fondée en 2015 par des Français·es vivant à Berlin et Toulouse, Marion Bossuat, Sandrine Moreira et Jonathan Cohen.

Pour les têtards et les minus

Pour les têtards et les minus

Par

Qui a dit que la radio ne faisait plus grand-chose pour les enfants ? C’était Syntone, en décembre 2015, à l’occasion d’un dossier sur les fictions jeunesse. Pour ne pas rester sur ce constat, nous inaugurons une nouvelle rubrique pour les petites oreilles, visant à relayer quelques créations (radio, webradio, livres-CD, CD…) ayant le bon goût de nous démentir.

La trente-quatrième minute

Par

De Berthe Quain, on connaît généralement — quand on la connaît — deux œuvres : le documentaire « Salauds » et la pièce minimaliste « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve ». Sans vouloir critiquer le mérite de ces deux pièces, nous souhaiterions mettre en lumière la subtilité des travaux de jeunesse de Quain et l’attention qu’elle porta alors sur les plans sonores.

Inès Léraud (La Revue des Podcasts #8)

Par

Après des études de cinéma, Inès Léraud débute un peu par hasard en radio puis affine une démarche de plus en plus orientée vers l’investigation. Dans son « Journal breton » pour Les Pieds sur terre, elle décrit le quotidien d’une population liée à l’industrie agroalimentaire, entre dépendance et résistance. Rencontre.